Quelle est la différence entre un vélo électrique et un vélo à assistance électrique ?

vélo électrique stationné

Table des matières

Avec l’avènement de l’écomobilité, les vélos traditionnels ont tendance à disparaître pour céder la place aux vélos électriques. Il est donc important de connaître les différentes catégories de vélos électriques qui existent. Il s’agit des vélos électriques classiques et des vélos à assistance électrique ou VAE. Quelles sont alors les points caractéristiques qui permettent de les distinguer ?

Le type de moteur

En réalité, le point fondamental qui différencie le vélo électrique du VAE est le type de moteur. Le moteur du VAE est dit intelligent, car il est doté d’une technologie qui l’enclenche dès qu’il y a pédalage. Contrairement au vélo électrique dit « classique », son moteur fonctionne de manière autonome après un réglage prédéfini. C’est-à-dire que le conducteur sauvegarde à l’avance un certain nombre de paramètres qui lui permettront d’effectuer son déplacement.

Le pédalage assisté, qu’est ce que c’est ?

C’est un mécanisme par lequel le moteur démarre dès que le conducteur exerce une pression sur les pédales. Vous l’auriez compris, le moteur s’arrête immédiatement lorsque vous cessez le pédalage. Les VAE sont équipés de plusieurs modes d’assistance adaptés à chaque type de parcours. Ce genre de dispositif fonctionne de telle manière qu’il vous est impossible d’utiliser l’accélérateur et les pédales simultanément.

En revanche, vous avez la possibilité de désactiver le pédalage assisté pour utiliser le VAE comme un vélo traditionnel. Mais cette option vous demandera beaucoup d’efforts à cause du poids de l’engin. En effet, le moteur réagit automatiquement et de façon intelligente dès que les capteurs enregistrent un pédalage. Il fournit une puissance et une quantité d’énergie proportionnelle à la consistance de l’effort fourni. Grâce au pédalage assisté, l’usager du VAE avance plus rapidement et n’a pas besoin d’exercer une forte pression sur les pédales.

Cette technologie intégrée au moteur comprend plusieurs capteurs qui analysent les mouvements de pédalage. Généralement, on y trouve un capteur de pédalage et un capteur de couple moteur. Selon les différentes marques de VAE, le conducteur peut changer le mode d’assistance durant le trajet à l’aide d’un accélérateur.

Contrairement au moteur du vélo électrique, il fonctionne de façon continue une fois que vous démarrez le vélo à l’aide d’un bouton. Notez que même si vous utilisez les pédales, l’énergie générée n’aura aucune incidence sur la puissance et la vitesse. Il en est de même pour la quantité de pression exercée à chaque coup de pédale. Bien que vous ayez réglé la vitesse au préalable, vous devez continuer à pédaler pour faire avancer le vélo.

Quelles conséquences sur l’existence ou pas de pédalage assisté ?

Il y a lieu de souligner ici que le moteur assisté est beaucoup plus économe que celui d’un vélo électrique . Avec le pédalage assisté, le moteur consomme moins d’énergie parce qu’il est très réactif. Il ne s’enclenche que s’il détecte du mouvement. Ainsi, vous pourrez contrôler l’utilisation de la batterie de façon rationnelle.

À L’inverse, le moteur du vélo électrique simple est continuellement en marche. Cela n’est pas bénéfique pour la batterie, car la plupart de ces vélos n’ont pas une autonomie assez élevée.

L’existence d’un pédalage assisté sur un vélo électrique permet de parcourir de longues distances sans inquiétude. Le moteur assisté rend le vélo plus performant et permet à l’usager d’optimiser ses déplacements. Toutefois, vous devez faire bon usage de votre VAE, car votre conduite est aussi déterminant pour la gestion de la batterie.

La performance des vélos électriques classiques face aux VAE

De façon générale, la performance d’un engin électrique est caractérisée par la puissance du moteur, la rapidité et l’autonomie de la batterie. C’est aussi le cas des vélos électriques. Ces caractéristiques dépendent du type de vélos et de la législation de chaque pays concernant les vélos électriques.

Pour que ces derniers gardent le statut de bicyclette, selon la norme européenne EN15194 :

  • L’assistance doit s’interrompre lorsque le cycliste arrête de pédaler.
  •  À 25 km/h, l’assistance électrique est bridée.
  • La puissance nominale ne doit pas excéder les 250 W.

Cependant, certains VAE ont une puissance de 350 W, 500 W voire plus. Ils sont considérés comme des cyclomoteurs et requièrent une autorisation normative. Le speed-bike, par exemple, fait partie de cette catégorie. Sa vitesse est de 45 km/h et peut même aller au-delà.

Par ailleurs, la puissance du moteur dépend aussi du positionnement de celui-ci sur le vélo.

  • Lorsque le moteur est situé au niveau de la roue avant, la traction est linéaire et se fait de façon horizontale vers l’avant. La sensation est agréable pendant la conduite.
  • Quand le moteur est situé dans le moyeu arrière, vous avez la sensation d’être propulsé en avant. La conduite est beaucoup plus facile et plus confortable.
  • Lorsque le moteur est situé dans le pédalier, l’aide technique dépend de votre force de pédalage. La conduite est équilibrée et optimale surtout pour des terrains difficiles.

Autonomie de la batterie

Étant donné que le VAE consomme moins d’électricité, il est logique que sa batterie dure plus longtemps. L’autonomie d’un VAE peut aller jusqu’à 180 km durant un cycle de charge. Mais il faut respecter les lois en vigueur, relatives aux cycles électriques pour pouvoir atteindre cette limite. Le choix du type d’assistance est aussi à prendre en compte. Par contre, si vous utilisez régulièrement votre vélo à des fins sportives , vous risquez de réduire considérablement l’autonomie de la batterie.

Comme souligné plus haut, le vélo électrique normal utilise beaucoup plus sa batterie lorsque le moteur tourne. Il consomme plus d’énergie et cela impacte de manière négative l’autonomie. La batterie d’un vélo électrique classique ne peut tenir que 80 km de route maximum. On constate que l’écart d’autonomie entre les deux vélos est assez remarquable.

Vitesse d’un VAE en comparaison avec celle d’un vélo électrique classique

En comparant la vitesse de ces deux-roues, le vélo électrique normal est largement plus rapide. Cette différence s’explique tout simplement par le fait que le concepteur du VAE a prévu une vitesse maximale de 25 km/h. Tandis que le vélo électrique normal peut aller jusqu’à 45 km/h et même plus selon les modèles.

Toutefois, vous pouvez débrider votre vélo électrique mais il faut noter que c’est une pratique illégale. Le débridage met en danger votre vie parce que le vélo risque de ne plus fonctionner correctement. Les assurances ne pourront pas vous prendre en charge en cas d’accident. En plus de cela, vous ne serez pas autorisé à conduire votre vélo débridé sur la voie publique.

En résumé, le vélo électrique normal se distingue principalement du VAE par le type de moteur. Le moteur du vélo n’est pas assisté. Tandis que pour le VAE il faut pédaler pour démarrer le moteur. Le VAE est bridée à 25 km/h et c’est la vitesse maximale recommandée par la loi européenne pour ce genre d’engins. L’autre point essentiel concerne l’autonomie. Le VAE a une autonomie plus élevée que celle du vélo électrique classique.